Chroniques Littéraire

« L’arrondi silencieux » Corentine Rebaudet

Hello,

On se retrouve pour une nouvelle chronique qui me tient à coeur car c’est mon premier envoie d’un auteur. Lorsque que Corentine m’as proposé son livre j’ai de suite accepté et vraiment enchanté de cet envoi après la découverte du résumé. Au bout de seulement quelques pages j’étais déjà conquise !

Alors merci beaucoup pour ton envoi et surtout pour le plaisir que j’ai eu de lire ce fabuleux récit ! 

IMG_6295

 

Résumé: 

Deux soeurs et un frère, de pères différents se retrouvent autour de leur mère décédée, Edith. Ils n’ont jamais rien construit de solide, se voyant rarement, se connaissant tout juste. A l’aube du nouveau millénaire Gabrielle l’aînée, se découvre une grossesse surprise, Jérôme, quant à lui s’enfonce dans la marginalité à Grenoble, au milieu de la drogue et de la peinture, Ophélie la dernière est aux prises avec un conjoint violent et tente de survivre à ses études de médecine.

Gabrielle décide de retourner sur les traces d’Edith dans la campagne lyonnaise, auprès de Théodore, son dernier mari. Elle emporte avec elle une lettre reçue de l’infirmière  l’ayant soignée et portant le prénom d’Icare. Qui est-il ? Est- il en vie ? Bien vite les théories s’accumulent tandis qu’elle doit faire face à une grossesse non désirée.

Partant d’un drame, acte terrible et insensé, l’arrondi silencieux raconte une fratrie éparse, les blessures de l’abandon, le tâtonnement des retrouvailles et les doutes de la maternité.

 

Mon avis: 

Tout d’abord, je tiens à dire que ce roman n’est pas du tout dans mon genre habituel, je préfère la légèreté et les histoires d’amour qui finissent bien en général.
Et pourtant quelle beauté et quel livre !
Dès les premières pages, je suis tombée sous le charme de la plume de l’auteur, enivrante, addictive. Les phrases sont percutantes et les mots sont placés exactement la où ils devraient êtres.
C’est un sentiment assez complexe de lire un livre ou tu as l’impression que tout est juste, que tous les mots employés sont parfaitement à la bonne place. Comme si tout était si évident.
C’est ce qui m’a frappée en premier ici, la justesse des mots choisis. Le fait de ressentir les mêmes émotions que les personnages m’ont fait réaliser que c’était çà pour moi un bon livre.

Pour ce qui est du détail, nous retrouvons ici une fratrie peu commune bien que nés de la même mère ils ne se côtoient que  rarement.
Honnêtement, je ne pensais pas à tant d’opacité et de profondeur dans ce récit, il y a tant de chose à dire mais ce qui m’a le plus touché ce sont les souffrances des personnages. Tous les trois tentent de survivre à une enfance un peu chaotique et surtout à l’absence d’une mère si importante à la construction d’un enfant.
Jérome pour ses conditions de vie misérable et sa mélancolie, je crois que des trois c’est lui qui m’a le plus fait ressentir des émotions, de la colère en premier lieu, si impatient de partir alors que sa mère est morte mas au fil de le histoire on comprend. Il a manqué d’une mère et d’un père également.
Pourtant dans la noirceur du personnage, Corentine à sur y mettre de la lumière, et une certaine beauté artistique. Ce côté artiste torturé m’a beaucoup plus et ce qui se cache dans ses tableaux aussi, une vraie révélation pour moi.
Pour Gabrielle l’aînée, le questionnement sur sa mère est plus important, à l’approche d’une fin de grossesse elle cherche des réponses auprès de ceux qui ont connu Edith. Elle retrace peu à peu la vie de sa mère pour tenter de comprendre comment elle a pu abandonner ses trois enfants.
Sa route sera semée d’embûches avec des indices qui la poussera un peu plus dans ses retranchements.
Elle a besoin de savoir ce qui se passait dans la tète de sa mère, reproduira-t-elle le même schéma pour son enfant, l’aimerait-il, lui ce petit être qui grandit en elle depuis 5 mois sans qu’elle s’en aperçoive.

« L’amour de la liberté naît toujours de la fuite d’un quelque chose, d’une quelque part. »

Ophelie, elle est la plus fragile, celle qu’on protège des horribles choses et pourtant son quotidien est sordide. Aux prises avec un copain violent, elle ne sait plus quoi faire ni sur qui se retourner. Son père n’est pas vraiment présent et elle ne veut pas inquiéter ses amis de la faculté.
Elle se tourne donc vers la seule famille qui lui reste sa sœur, mais entre non-dit et ressentiment les retrouvailles des deux sœurs seront mouvementés.

Ce récit me fait penser à un voyage initiatique ou chacun essaie de construire quelque chose, avec les doutes, les désespoirs qui peuvent accompagner le chemin de toute une vie.
C’est un trajet de longue haleine que vive nos personnages, tantôt ils trébuchent puis se relèvent avec courage.
C’est une peinture de la vie, des questionnements sur un passé inconnu, sur un futur incertain.
Les sujets exprimés ici sont délicats, la réflexion sur l’infanticide, les dénis de grossesses, la mort et les violences conjugales. Pourtant dans tous ces tourbillons de malheur, on y voit aussi de la bonté, de la chaleur humaine dans le personnage de Théodore, un lien familial qui se reconstruit petit à petit.
C’est ce que j’ai apprécié aussi, chaque famille à ses problèmes et aucune n’est parfaite mais ici la volonté des personnages à vouloir s’identifier à quelque chose, à un lien est plus fort que tout.
Pourtant à sa mort, Édith avait tout prévu en écrivant des lettres à chacun de ses enfants, il y a quatre lettres, ils sont trois. Pour qui est la dernière, qui est Icare le prénom écrit sur la quatrième ?
Je vous laisse découvrir cela en lisant ce fabuleux livre♥

« Elle veut considérer l’abandon mais n’ose pas. N’a jamais osé. »

 

Q u e s t i o n 

  • Est-ce que ce livre vous donne envie de le lire ?

Des bisous ♥

O.

Publicités

3 commentaires sur “« L’arrondi silencieux » Corentine Rebaudet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s